Macédoine, une crise sans fin ? Entretien avec Goran Sekulovski

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Cela fait maintenant près d'un an et demi que le leader de l'opposition macédonienne, Zoran Zaev, a dévoilé au public un vaste scandale d'écoutes téléphoniques illégales dans lequel l'ancien Premier ministre, Nikola Gruevski, connu pour ses penchants autoritaires, a été directement pointé du doigt.

Ces révélations ont suscité un profond émoi au sein de la société macédonienne déjà harassée par une crise politique qui s'éternise depuis maintenant quatre ans. Ces deux derniers mois, plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé inlassablement chaque soir afin d'exiger le départ du gouvernement en place et la tenue d'élections anticipées.  

Malgré son importance, ce mouvement citoyen semble, selon certains, présenter quelques signes de fatigues. De son côté, l'opposition incarnée par le parti SDSM n'apparaît plus comme une alternative crédible face au président du parti au pouvoir, Nikola Gruevski.

Pour Gare de l’Est, Goran Sekoulovski analyse cette situation, notamment le marasme politique, les dysfonctionnements institutionnels et les questions qui agitent les Macédoniens sur leur identité.     

Invité : Goran Sekulovski est professeur à l'institut Saint-Serge et spécialiste de la Macédoine. Il a notamment consacré sa thèse de doctorat à la Macédoine intitulée « Enquête sur une identité nationale et ecclésiale : la Macédoine entre territoire, église et mythes nationaux ».  

 

Présentation et préparation : Thomax Kox.

Interview réalisée le 8 juin 2016