13 mois après les manifestations de la "place des Marais" à Moscou, 12 personnes passent devant le juge

(Article - 06/2013)

Le 6 juin dernier a débuté le procès de 12 personnes ayant participé aux manifestations de la Place Boltonaya ('Place des marais' en russe) à Moscou le 6 mai 2012. Plusieurs milliers de personnes s’étaient alors réunies pour protester contre le retour de Vladimir Poutine à la tête de la Fédération de Russie. Il s’agissait de

l'une des plus importantes manifestations depuis le début de la vague de protestations en décembre 2011. La manifestation se voulait pacifique mais elle avait vite dégénéré en combats de rue entre forces de l’ordre et manifestants, dans des conditions encore non élucidées. Plus de 600 personnes avaient été arrêtées et, selon un rapport indépendant sur les faits de Bolotnaya publié en avril dernier, 53 personnes ont dû être soignées à l’hôpital (dont 3 policiers).

Pour les défenseurs des droits de l'Homme, ce procès marque un nouveau retour à une "justice" de type soviétique, et un exemple supplémentaire de répression des dissidents. Les manifestants amenés à comparaître devant la cour de Moscou sont accusés de troubles de l’ordre et de violence à l’encontre de la police. Ils risquent huit ans de prison. "Nous savons très  bien qu’il s’agit-là d’une nouvelle parodie de procès politique", a déclaré hier l'opposant Vladimir Kara-Murza lors d'un événement organisé par le groupe ADLE au Parlement européen.

"Plus de 17 000 personnes étaient présentes, et les gens se faisaient arrêter arbitrairement, c’est exactement ce que faisait Staline durant les années 1930", déplore Ludmilla Alexeeva, activiste des droits de l’Homme et membre fondatrice du Comité Moscou-Helsinki. Elle exhortait hier les députés européens à suivre de près ce procès car, en tant que "voisin", l'UE devrait en "craindre les conséquences".