Les 100 jours de Lavrenti Béria, entretien avec Françoise Thom

Après la mort de Staline, le 5 mars 1953, s’ouvre une période très particulière marquée par une tentative de libéralisation à marche forcée du régime soviétique.

Une tentative de libéralisation d’autant plus étonnante qu’elle fut portée par Lavrenti Béria, chargé de la direction de la police politique soviétique de 1938 à 1953, un des hommes perçu jusqu’alors comme un des plus brutaux de la direction soviétique.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Cette émission revient sur le parcours de cette personnalité géorgienne parvenue à se rendre indispensable à Staline et développe la petite période de 3 mois pendant laquelle Béria semble dominer l’appareil politique soviétique et au cours de laquelle, contre toute attente, il lance une politique qui ébranle très vite les fondements du régime totalitaire stalinien. Au cours de cette courte période il décide ainsi de larges amnisties de prisonniers du goulag et amorce une détente diplomatique avec l’Occident, penchant notamment, dès cette époque pour une réunification allemande.

 

Invitée : Françoise Thom, historienne spécialiste de l’histoire soviétique et auteur d’un magistral ouvrage dédié à Béria, Béria, le Janus du Kremlin, paru en 2013 aux éditions du CERF.

 

Présentation :

Ulrich Huygevelde - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.